69e édition de « Jeune Création » 062

Code

JCR2

Lieu

Romainville, Fr

Typologie(s)

Scénographie,

Échelle

S

Maîtrise d'ouvrage

Association

Matériaux

Bois, Plâtre,

Mission

Complète,

Année

En cours

Le pro­jet scé­no­gra­phique qui accom­pagne cette 69e édi­tion de Jeune Création fait face à deux pro­blé­ma­tiques. Tout d’abord, la nature du lieu, puisqu’il s’agit d’intervenir sur un ancien site indus­triel aux portes de Paris. Les espaces inves­tis par la Fondation Fiminco pos­sèdent en effet une iden­ti­té extrê­me­ment forte. Les murs de brique décré­pis, les pein­tures écaillées, dénu­dés et appa­rents, font de cette ancienne usine une sorte de ruine archi­tec­tu­rale bien éloi­gnée des stan­dards « White cube » d’aujourd’hui. Ensuite, l’articulation des trois volumes dédiés aux artistes par­ti­cipe de la com­plexi­té du pro­jet. Répartis sur trois niveaux, avec des hau­teurs de pla­fond très variables (plus de 10 m de hau­teur pour le pre­mier), ces volumes pos­sèdent cha­cun des carac­té­ris­tiques propres avec les­quelles il faut com­po­ser : des colonnes de béton mas­sives dans un espace pour­tant très ouvert, une aire lon­gi­ligne qui pose inévi­ta­ble­ment la ques­tion du par­cours, puis une enceinte plus étri­quée que l’on pour­rait com­pa­rer à une boîte.

La pré­sente scé­no­gra­phie consiste ain­si à s’appuyer sur le carac­tère hété­ro­gène du site – au niveau de l’agencement de ses espaces, mais aus­si au niveau de sa par­ti­cu­la­ri­té archi­tec­tu­rale – afin de res­ti­tuer un par­cours lisible et cohé­rent. Il s’est donc agi de sug­gé­rer une forme de conti­nui­té en pro­po­sant un sys­tème de module que l’on retrouve dans les trois espaces. Étant don­né la forte iden­ti­té du bâti­ment, ces modules, qui tiennent lieu de cimaises, sont pen­sés de manière à appor­ter une cer­taine légè­re­té aux espaces et au par­cours.

Code

JCR2

Lieu

Romainville, Fr

Typologie(s)

Scénographie,

Échelle

S

Maîtrise d'ouvrage

Association

Matériaux

Bois, Plâtre,

Mission

Complète,

Année

En cours

Le pro­jet scé­no­gra­phique qui accom­pagne cette 69e édi­tion de Jeune Création fait face à deux pro­blé­ma­tiques. Tout d’abord, la nature du lieu, puisqu’il s’agit d’intervenir sur un ancien site indus­triel aux portes de Paris. Les espaces inves­tis par la Fondation Fiminco pos­sèdent en effet une iden­ti­té extrê­me­ment forte. Les murs de brique décré­pis, les pein­tures écaillées, dénu­dés et appa­rents, font de cette ancienne usine une sorte de ruine archi­tec­tu­rale bien éloi­gnée des stan­dards « White cube » d’aujourd’hui. Ensuite, l’articulation des trois volumes dédiés aux artistes par­ti­cipe de la com­plexi­té du pro­jet. Répartis sur trois niveaux, avec des hau­teurs de pla­fond très variables (plus de 10 m de hau­teur pour le pre­mier), ces volumes pos­sèdent cha­cun des carac­té­ris­tiques propres avec les­quelles il faut com­po­ser : des colonnes de béton mas­sives dans un espace pour­tant très ouvert, une aire lon­gi­ligne qui pose inévi­ta­ble­ment la ques­tion du par­cours, puis une enceinte plus étri­quée que l’on pour­rait com­pa­rer à une boîte.

La pré­sente scé­no­gra­phie consiste ain­si à s’appuyer sur le carac­tère hété­ro­gène du site – au niveau de l’agencement de ses espaces, mais aus­si au niveau de sa par­ti­cu­la­ri­té archi­tec­tu­rale – afin de res­ti­tuer un par­cours lisible et cohé­rent. Il s’est donc agi de sug­gé­rer une forme de conti­nui­té en pro­po­sant un sys­tème de module que l’on retrouve dans les trois espaces. Étant don­né la forte iden­ti­té du bâti­ment, ces modules, qui tiennent lieu de cimaises, sont pen­sés de manière à appor­ter une cer­taine légè­re­té aux espaces et au par­cours.