Manga 067

Code

LAU2

Lieu

Lausanne, Ch

Typologie(s)

Scénographie,

Échelle

M

Maîtrise d'ouvrage

Fondation

Matériaux

Bois, Médium, Miroir, Textile,

Mission

Concours,

Année

2019

L’exposition se déploie dans 4 espaces dif­fé­rents du Musée Olympique de Lausanne : Focus, Galerie, Art Lounge et le Parc.
Cette dis­con­ti­nui­té met en évi­dence un tra­vail en thé­ma­tique, chaque espace ayant une ambiance et une fonc­tion propre, tout en étant relié par des carac­té­ris­tiques recon­nais­sables en termes de maté­ria­li­té, avec une signa­lé­tique claire et une pro­po­si­tion de par­cours depuis l’espace accueil qui donne au visi­teur venu pour l’exposition per­ma­nente la volon­té de décou­vrir et d’en savoir plus sur la pro­chaine olym­piade et sur le pays qui l’accueillera.

Afin de s’immerger dans la culture et l’esprit spor­tif et olym­pique du Japon, le man­ga est un vec­teur de connais­sance aux formes mul­tiples. Les sup­ports impri­més, pro­je­tés ou ani­més auront leur impor­tance, mais il sera aus­si pas­sion­nant de décou­vrir et d’apprendre via des espaces immer­sifs thé­ma­tiques dans les­quels les visi­teurs expé­ri­men­te­ront à l’échelle de la page, du livre, de la pièce à vivre, de la mai­son, de la rue ou de la ville Japonaise, au tra­vers de figures-clé de héros spor­tifs du man­ga qui ont mar­qué les géné­ra­tions euro­péennes et impré­gné notre mémoire. Il s’agit éga­le­ment d’allier plai­sir et connais­sance au tra­vers d’une expé­rience inté­grale, lors de laquelle il est pos­sible de décou­vrir les rela­tions par­ti­cu­lières qu’entretiennent les Japonais avec les tra­di­tions, la nature, les sai­sons, l’école, la cui­sine, la ville du futur ou encore la robo­tique. Il semble en cela inté­res­sant d’ouvrir les sujets au maxi­mum afin d’augmenter l’expérience visi­teur et de l’adapter comme il se doit à la belle sai­son esti­vale en enri­chis­sant le parc de zones confor­tables et ludiques.

Groupement MOE :
Bunker Palace (Architecte man­da­taire)
KAA (Scénographie vidéo)
Camille Moulin-Dupré (Illustrateur)

Code

LAU2

Lieu

Lausanne, Ch

Typologie(s)

Scénographie,

Échelle

M

Maîtrise d'ouvrage

Fondation

Matériaux

Bois, Médium, Miroir, Textile,

Mission

Concours,

Année

2019

L’exposition se déploie dans 4 espaces dif­fé­rents du Musée Olympique de Lausanne : Focus, Galerie, Art Lounge et le Parc.
Cette dis­con­ti­nui­té met en évi­dence un tra­vail en thé­ma­tique, chaque espace ayant une ambiance et une fonc­tion propre, tout en étant relié par des carac­té­ris­tiques recon­nais­sables en termes de maté­ria­li­té, avec une signa­lé­tique claire et une pro­po­si­tion de par­cours depuis l’espace accueil qui donne au visi­teur venu pour l’exposition per­ma­nente la volon­té de décou­vrir et d’en savoir plus sur la pro­chaine olym­piade et sur le pays qui l’accueillera.

Afin de s’immerger dans la culture et l’esprit spor­tif et olym­pique du Japon, le man­ga est un vec­teur de connais­sance aux formes mul­tiples. Les sup­ports impri­més, pro­je­tés ou ani­més auront leur impor­tance, mais il sera aus­si pas­sion­nant de décou­vrir et d’apprendre via des espaces immer­sifs thé­ma­tiques dans les­quels les visi­teurs expé­ri­men­te­ront à l’échelle de la page, du livre, de la pièce à vivre, de la mai­son, de la rue ou de la ville Japonaise, au tra­vers de figures-clé de héros spor­tifs du man­ga qui ont mar­qué les géné­ra­tions euro­péennes et impré­gné notre mémoire. Il s’agit éga­le­ment d’allier plai­sir et connais­sance au tra­vers d’une expé­rience inté­grale, lors de laquelle il est pos­sible de décou­vrir les rela­tions par­ti­cu­lières qu’entretiennent les Japonais avec les tra­di­tions, la nature, les sai­sons, l’école, la cui­sine, la ville du futur ou encore la robo­tique. Il semble en cela inté­res­sant d’ouvrir les sujets au maxi­mum afin d’augmenter l’expérience visi­teur et de l’adapter comme il se doit à la belle sai­son esti­vale en enri­chis­sant le parc de zones confor­tables et ludiques.

Groupement MOE :
Bunker Palace (Architecte man­da­taire)
KAA (Scénographie vidéo)
Camille Moulin-Dupré (Illustrateur)

Grands Augustins 024

Code

GAU

Lieu

Paris, Fr

Typologie(s)

Appartement,

Échelle

S

Maîtrise d'ouvrage

Société privée

Matériaux

Bois, Métal, Miroir, Textile,

Mission

Complète,

Année

2017

Il nous a été deman­dé de redes­si­ner un grand appar­te­ment Haussmannien qui n’avait pas été réno­vé depuis les années 50 sur les quais de Seine, et de le trans­for­mer selon les stan­dards de vie d’aujourd’hui. Les prin­ci­paux chan­ge­ments consistent à remettre la cui­sine et la salle à man­ger au cœur de l’appartement de famille en déga­geant cer­taines petites pièces inusi­tées et d’utiliser les anciens accès de ser­vice comme des accès pour col­la­bo­ra­teurs dans le cadre d’activités pro­fes­sion­nelles libé­rales.

Code

GAU

Lieu

Paris, Fr

Typologie(s)

Appartement,

Échelle

S

Maîtrise d'ouvrage

Société privée

Matériaux

Bois, Métal, Miroir, Textile,

Mission

Complète,

Année

2017

Il nous a été deman­dé de redes­si­ner un grand appar­te­ment Haussmannien qui n’avait pas été réno­vé depuis les années 50 sur les quais de Seine, et de le trans­for­mer selon les stan­dards de vie d’aujourd’hui. Les prin­ci­paux chan­ge­ments consistent à remettre la cui­sine et la salle à man­ger au cœur de l’appartement de famille en déga­geant cer­taines petites pièces inusi­tées et d’utiliser les anciens accès de ser­vice comme des accès pour col­la­bo­ra­teurs dans le cadre d’activités pro­fes­sion­nelles libé­rales.

Writting Museum de Songdo 041

Code

WRI

Lieu

Songdo, Kr

Typologie(s)

Équipement culturel,

Échelle

L

Maîtrise d'ouvrage

Publique

Matériaux

Béton, Verre, Textile,

Mission

ESQ,

Année

2017

Notre pro­jet offre une inter­pré­ta­tion des diver­si­tés cultu­relles au tra­vers des lettres, signes, idéo­grammes et for­mats de lec­ture. Le bâti­ment lui-même aide à com­prendre les prin­cipes de créa­tion, de com­bi­nai­son et de trans­for­ma­tion des signes et offre un regard sur les dif­fé­rents mode d’expression écrits. Le pro­jet pro­pose une double iden­ti­té : un aspect mono­li­thique et une rue cen­trale : l’aspect brut exté­rieur rap­pe­lant l’outil, la rue cen­trale pro­po­sant un lieu d’échange et de ren­contre propre à la for­ma­tion des lan­gages. Cette rue se relève afin d’ouvrir un pas­sage vers le lob­by du musée, qui pro­pose ensuite de décou­vrir les col­lec­tions de part et d’autre du bâti­ment au tra­vers des zones d’expositions tem­po­raire et per­ma­nente du musée.

Architecte asso­cié :
Laps Architecture

Code

WRI

Lieu

Songdo, Kr

Typologie(s)

Équipement culturel,

Échelle

L

Maîtrise d'ouvrage

Publique

Matériaux

Béton, Verre, Textile,

Mission

ESQ,

Année

2017

Notre pro­jet offre une inter­pré­ta­tion des diver­si­tés cultu­relles au tra­vers des lettres, signes, idéo­grammes et for­mats de lec­ture. Le bâti­ment lui-même aide à com­prendre les prin­cipes de créa­tion, de com­bi­nai­son et de trans­for­ma­tion des signes et offre un regard sur les dif­fé­rents mode d’expression écrits. Le pro­jet pro­pose une double iden­ti­té : un aspect mono­li­thique et une rue cen­trale : l’aspect brut exté­rieur rap­pe­lant l’outil, la rue cen­trale pro­po­sant un lieu d’échange et de ren­contre propre à la for­ma­tion des lan­gages. Cette rue se relève afin d’ouvrir un pas­sage vers le lob­by du musée, qui pro­pose ensuite de décou­vrir les col­lec­tions de part et d’autre du bâti­ment au tra­vers des zones d’expositions tem­po­raire et per­ma­nente du musée.

Architecte asso­cié :
Laps Architecture

Continuous Path 046

Code

CCA

Lieu

Kitakyushu, Jp

Typologie(s)

Installation,

Échelle

XS

Maîtrise d'ouvrage

Fondation

Matériaux

Bois, Textile,

Mission

Complète,

Année

2018

As archi­tects we are inter­es­ted in construc­ting frames that allows a new per­cep­tion of the exis­ting space. Visitor’s expe­rience depends on his own deam­bu­la­tion and rela­tion to time confu­sion.

‘Continuous path’ asks the pos­si­bi­lil­ty of redis­co­ve­ring the gale­ry space.

A two walls cor­ri­dor fills the gale­ry space, crea­ting a situa­tion of inter­io­ri­ty and exte­rio­ri­ty inside the space. Initial space gets blur­rier and more dia­pha­nous in terms of mate­ria­li­ty and rela­tion to time. It encou­rages visi­tors to walk eve­ry cor­ners accor­ding to his own curio­si­ty.

The fee­ling of time lin­gers on when wal­king around, like it would do in an ambu­la­to­rium. The posi­tion of the visi­tor in space and time gets ques­tio­ned when the visi­tor dis­co­vers a cor­ner room where a live image of the cor­ri­dor is pro­jec­ted.
A time-delay allows him to watch him­self deam­bu­la­ting.

‘The com­plexi­ty comes with the people’
Dan Graham

‘Architecture is not about space but about time’
Vito Acconci

Code

CCA

Lieu

Kitakyushu, Jp

Typologie(s)

Installation,

Échelle

XS

Maîtrise d'ouvrage

Fondation

Matériaux

Bois, Textile,

Mission

Complète,

Année

2018

As archi­tects we are inter­es­ted in construc­ting frames that allows a new per­cep­tion of the exis­ting space. Visitor’s expe­rience depends on his own deam­bu­la­tion and rela­tion to time confu­sion.

‘Continuous path’ asks the pos­si­bi­lil­ty of redis­co­ve­ring the gale­ry space.

A two walls cor­ri­dor fills the gale­ry space, crea­ting a situa­tion of inter­io­ri­ty and exte­rio­ri­ty inside the space. Initial space gets blur­rier and more dia­pha­nous in terms of mate­ria­li­ty and rela­tion to time. It encou­rages visi­tors to walk eve­ry cor­ners accor­ding to his own curio­si­ty.

The fee­ling of time lin­gers on when wal­king around, like it would do in an ambu­la­to­rium. The posi­tion of the visi­tor in space and time gets ques­tio­ned when the visi­tor dis­co­vers a cor­ner room where a live image of the cor­ri­dor is pro­jec­ted.
A time-delay allows him to watch him­self deam­bu­la­ting.

‘The com­plexi­ty comes with the people’
Dan Graham

‘Architecture is not about space but about time’
Vito Acconci

Chambre Chronoscopique 005

Code

NIC

Lieu

Paris, Fr

Typologie(s)

Installation,

Échelle

XS

Maîtrise d'ouvrage

Particulier

Matériaux

Carton, Textile, Papier,

Mission

Complète,

Année

2015

« la chambre chro­no­sco­pique »
Exposition du 4 février au 7 février 2016

Située dans une ruelle cachée et étroite, typi­que­ment pari­sienne, la gale­rie Nivert-Carzon a depuis plu­sieurs années déjà bien fait son nid dans le centre-ville. Architecturalement, ce lieu m’évoque un « cadre blanc » : sa façade imma­cu­lée, ses mou­lures très modernes, ses deux vitrines symé­triques et ondu­lées comme art déco, son entrée étroite mon­trant le che­min vers l’intérieur blanc…
En pous­sant la porte de la gale­rie, les artistes réflé­chissent sur la rela­tion entre leurs tra­vaux et le lieu de l’exposition. L’observation spa­tiale des artistes et leurs uni­vers créa­tifs propres font renaître à chaque fois la gale­rie sous une nou­velle forme, sous un aspect tou­jours dif­fé­rent, ouvrant éga­le­ment la porte à une pen­sée sur le lien entre la gale­rie et l’artiste, l’artiste et l’œuvre, l’œuvre et la gale­rie, la gale­rie et la ville… Mise en pers­pec­tive d’un lieu, mise en abîme de son pas­sé.

« Il né rede­vient jamais “neutre” comme le “White cube”, ni né retrouve son iden­ti­té pré­cé­dente, mais il reste tou­jours là prêt pour une nou­velle aven­ture, en atten­dant que le pro­chain artiste l’interprète, que la pro­chaine œuvre le carac­té­rise, qu’elle trans­forme. »
Lorenzo Benedetti, « Volume 1997 … aujourd’hui », SilvanaEditoriale, 2015

La gale­rie accueille­ra en son sein un nou­veau modèle de sa propre façade nous don­nant l’impression de tra­ver­ser ce cadre blanc géant et offrant aux pro­me­neurs l’occasion de contem­pler à nou­veau cer­taines des œuvres des pré­cé­dentes expo­si­tions de la gale­rie, telle une cap­ta­tion d’événements pas­sés asso­ciés au lieu, réap­pa­rais­sant sous la forme de chambres mémo­rielles.

Code

NIC

Lieu

Paris, Fr

Typologie(s)

Installation,

Échelle

XS

Maîtrise d'ouvrage

Particulier

Matériaux

Carton, Textile, Papier,

Mission

Complète,

Année

2015

« la chambre chro­no­sco­pique »
Exposition du 4 février au 7 février 2016

Située dans une ruelle cachée et étroite, typi­que­ment pari­sienne, la gale­rie Nivert-Carzon a depuis plu­sieurs années déjà bien fait son nid dans le centre-ville. Architecturalement, ce lieu m’évoque un « cadre blanc » : sa façade imma­cu­lée, ses mou­lures très modernes, ses deux vitrines symé­triques et ondu­lées comme art déco, son entrée étroite mon­trant le che­min vers l’intérieur blanc…
En pous­sant la porte de la gale­rie, les artistes réflé­chissent sur la rela­tion entre leurs tra­vaux et le lieu de l’exposition. L’observation spa­tiale des artistes et leurs uni­vers créa­tifs propres font renaître à chaque fois la gale­rie sous une nou­velle forme, sous un aspect tou­jours dif­fé­rent, ouvrant éga­le­ment la porte à une pen­sée sur le lien entre la gale­rie et l’artiste, l’artiste et l’œuvre, l’œuvre et la gale­rie, la gale­rie et la ville… Mise en pers­pec­tive d’un lieu, mise en abîme de son pas­sé.

« Il né rede­vient jamais “neutre” comme le “White cube”, ni né retrouve son iden­ti­té pré­cé­dente, mais il reste tou­jours là prêt pour une nou­velle aven­ture, en atten­dant que le pro­chain artiste l’interprète, que la pro­chaine œuvre le carac­té­rise, qu’elle trans­forme. »
Lorenzo Benedetti, « Volume 1997 … aujourd’hui », SilvanaEditoriale, 2015

La gale­rie accueille­ra en son sein un nou­veau modèle de sa propre façade nous don­nant l’impression de tra­ver­ser ce cadre blanc géant et offrant aux pro­me­neurs l’occasion de contem­pler à nou­veau cer­taines des œuvres des pré­cé­dentes expo­si­tions de la gale­rie, telle une cap­ta­tion d’événements pas­sés asso­ciés au lieu, réap­pa­rais­sant sous la forme de chambres mémo­rielles.